6e épisode : Mon OUI au Seigneur

 
 
 

Introduction :

Une lutte de quatre ans avant de dire le OUI final au Seigneur. Pourtant, l’appel était clair, un certain oui avait déjà été prononcé mais les plaisirs, les joies du monde me comblent et c’est pourquoi, je retarde toujours le jour de mon engagement.

********************************************************************************************************************************

J’aimais beaucoup la liturgie de la semaine sainte. Je ne manquais aucun office. Le Jeudi Saint, je passais toute la nuit en adoration. Un certain Jeudi Saint, au beau milieu de la nuit, dans le silence de l’adoration, la voix intérieure se fit plus forte et j’entendis : pourquoi tu ne réponds pas à mon appel ?

Je me souviens encore très bien de cette intervention divine et de ma réponse : Seigneur, j’ai trop besoin d’aimer et d’être aimée, privée de tout cet amour humain, je ne pourrai pas être heureuse. Sa réponse fut claire : je t’aimerai plus que tous les hommes du monde et je te donnerai des centaines et des centaines d’enfants. J’ai cru à cette parole et ce jour-là, j’ai dit mon OUI au Seigneur. Mais je ne fixe pas la date. Je continue mon enseignement comme si rien ne s’était passé. Je suis un peu gênée avec le Seigneur car je n’arrive pas à accomplir ma promesse, mon oui.

Le temps file jusqu’au jour où Dieu s’exprime de nouveau. C’est après un jour de classe, je prépare ma classe du lendemain, je ne pense à rien d’autre, puis le Seigneur me fait entendre sa voix très clairement. C’est pour quand ta venue au couvent? Je tremble d’émotion et à travers mes larmes, je répons : c’est maintenant. Et je fonds en larmes.

Mes sœurs passent me chercher dans ma classe pour le retour à la maison et me trouve ainsi. Elles pensent que je suis très fatiguée. Il n’est pas normal de me voir pleurer ainsi. Je sais très bien que ce n’est pas de la peine que j’éprouve mais une grande joie comme celle d’une fille qui répond oui à la demande en mariage de l’homme qu’elle aime.

Mes sœurs racontent à ma mère ce qu’elles ont vu. Cette dernière me conseille de voir un médecin et pense qu’il s’agit peut-être d’un épuisement. Je me donne trop à ma tâche d’enseignante. A ce moment là, je n’ai pas le courage de leur dire ce que je viens de décider.

à suivre…

Pour lire le 7e épisode, cliquez sur ce lien 

Par Soeur Lise Hamel (Soeurs Missionnaires de Notre-Dame des Anges)

7 Comments

  1. by Céline Hamel Proulx on 13 septembre 2016  12 h 32 min Répondre

    Bien qu'étant un peu plus jeune que toi dans notre famille,,je suis suprême et passionnée par l'historique de ta vie,nous en connaissions des bribes et ça me permet de comprendre ta grande détermination,j'attends la suite avec hâte...

    • by Anonyme on 15 septembre 2016  9 h 18 min Répondre

      Merci ma petite soeur pour ton commentaire. Cela m'encourage à continuer. J'ai bien hésité à publier cette histoire mais sur l'insistance de Sr Céline Lamy, la responsable de notre web site, j'ai accepté. Cela peut aider et encourager les personnes qui vivent des expériences semblables.

  2. by Anonyme on 9 septembre 2016  20 h 11 min Répondre

    Merci Sr Nancy pour ton appréciation. Cela m'encourage à continuer le récit de mon histoire.

  3. by Nancy Mak on 8 septembre 2016  2 h 44 min Répondre

    Tres bien, merci beaucoup

    • by Anonyme on 9 septembre 2016  20 h 15 min Répondre

      Merci Nancy pour ton appréciation. Cela m'encourage à continuer le récit de mon histoire.

  4. by Anonyme on 7 septembre 2016  8 h 28 min Répondre

    Merci Lise, c'est touchant et plein de LUI

    • by Lise Hamel on 15 septembre 2016  9 h 20 min Répondre

      Tu ne mentionnes pas ton nom mais je te remercie tout de même pour ton commentaire et appréciation. Cela me donne le courage de continuer.

Leave a reply

Your email address will not be published.

 
Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.