Prière

Marc raconte son Évangile

Le personnage de Marc, incarné par David Laurin, nous dit ce qui l’a amené à rédiger son évangile. Qui est Jésus pour lui? À quoi ressemble la communauté chrétienne pour laquelle il écrit? Quel est le message transmis par cet évangile?
Une excellente façon de se familiariser avec l’Évangile selon Marc.


Enseignement d’Eckhart Tolle

Chap 7 Découvrir qui vous êtes véritablement — NOUVELLE TERRE – Eckhart Tolle & Oprah Winfrey

À propos Eckhart Tolle

Il est un écrivain et conférencier, connu comme étant l’auteur des ouvrages best seller : Le Pouvoir du moment présent et Nouvelle Terre. Tolle raconte qu’il s’est senti déprimé la plus grande partie de sa vie jusqu’à ce qu’il connaisse, à l’âge de 29 ans, une « transformation intérieure » à la suite de laquelle il passa plusieurs années sans-emploi à vagabonder « dans un état de félicité profonde » avant de devenir enseignant spirituel. Plus tard, il déménagea en Amérique du Nord où il commença à écrire son premier livre, Le pouvoir du moment présent, qui fut publié en 1997 aux États-Unis et est devenu un best-seller international traduit en 33 langues1. Tolle s’installa ensuite à Vancouverau Canada où il vit depuis.

 


Enseignement d’Anthony de Mello

La souffrance des êtres humains vient de leur manière de percevoir la vie et les événements extérieurs. On peut souffrir ou ne pas souffrir face à un évènement en fonction de notre degré de conscience et de notre interprétation de la réalité. Ce n’est donc pas sur la réalité extérieure qu’il faut agir, nous dit Anthony de Mello, mais sur notre manière de penser et de percevoir la vie.


A propos Anthony de Mello

Jésuite d’origine indienne, Anthony de Mello (1931-1987) a su harmoniser l’hindouisme, la psychothérapie et la tradition ignatienne dans une spiritualité neuve et efficace. Maître spirituel et écrivain généreux, il est notamment l’auteur de Quand, la conscience s’éveille (Albin Michel). Anthony de Mello bouscule les idées reçues. Aux réformateurs sociaux et aux humanistes, croyants ou non, il propose une attitude fondamentale, « la mystique de l’action désintéressée », qu’il juge indispensable à quiconque veut contribuer à édifier une société plus juste et plus humaine. Anthony de Mello nous invite à nous dépouiller de tout système de croyances, de toute idéologie, de toute dépendance, et à naître ainsi à l’amour, à la liberté, à la solitude.


Murmures de Dieu

Un jour quelqu’un murmura : Seigneur parle-moi ! Et un oiseau chanta
Mais la personne n’a entendu… alors elle cria : Seigneur parle-moi !
Et le tonnerre roula dans le ciel. Mais personne n’a écouté
Elle regarda autour et dit : Seigneur laisse-moi te voir !
Et une étoile scintilla dans le ciel. Mais elle n’a pas vu et elle s’écria:
Seigneur montre-moi un miracle. Et une vie est née…
Mais cette même personne n’a pas remarqué. Alors elle s’écria désespérément:
Touche-moi Seigneur et laisse-moi voir que tu es là ! Sur ce… Dieu le rejoignit et le toucha.
Mais elle écarta le papillon et s’en alla.
Cela me rappelle grandement que Dieu est toujours près de nous.
Dans les petites choses simples que nous prenons pour acquises. Même à l’âge électronique…
Puis elle cria encore: Seigneur j’ai besoin de toi.
Et un courriel lui arriva avec de bonnes nouvelles d’encouragement.
Et elle le supprima et continua à crier et à brailler.
Ne rate pas une bénédiction parce qu’elle n’est pas enveloppée de la façon dont tu l’attendais…


 Priez avec le regard par Père Jacques, o. cist.

Prier c’est parler, oui, mais surtout regarder! Il est normal que les paroles diminuent puisque après quelque temps, on a tout dit. Que faire alors, sinon poursuivre la rencontre à travers un simple regard? On se sait regardé par le Seigneur et on répond à son regard. On est ensemble. On est heureux. Pas d’une joie qui déborde en sentiments émotifs, mais d’une paix et d’un bonheur spirituels qui se répandent en nous.


« Je l’avise et il m’avise.Je le regarde et il me regarde«  
C’est ce que répondait un paysan au Curé d’Ars qui lui demandait ce qu’il faisait devant le tabernacle, si longtemps sans remuer les lèvres.

Venez à la prière, installez-vous, tranquille et relaxé. Prenez un moment pour bien vous recueillir. Une fois pacifié, figurez-vous le Christ présent, devant vous, à tel endroit précis. Laissez-vous simplement regarder par lui. Ou plongez votre regard dans son visage.

Ne vous efforcez pas de l’imaginer avec beaucoup de détails: quelle grandeur, quelle attitude, vêtement de telle ou telle couleur. Affirmez simplement, par votre foi, qu’il est là, présent, sur tel carreau du plancher et regardez-le « comme fait quelqu’un qui ouvre les yeux pour regarder avec amour »(*). Mettez votre imagination au service de votre foi. Évidemment, Jésus n’est pas là, tout proche, de la manière précise dont vous l’imaginez, mais il y est néanmoins et votre imagination ne fait que vous aider à vous en rendre compte.

Se savoir regardé, se savoir aimé! Cette méthode de prière est la plus efficace que je connaisse pour faire l’expérience de la présence du Christ. Nous allons à lui, sans obstacle, sans artifice. Une véritable porte ouverte sur la rencontre avec le Christ ressuscité. Plongez votre regard dans le sien jusqu’à ce que votre attention soit toute sur lui et sur lui seul. Demeurez en repos. Deux ou trois secondes. Dès qu’une autre image ou qu’une pensée étrangère veut se faufiler, avec beaoucoup de calme, regardez-le à nouveau, juste le temps de laisser la pensée s’estomper.

On a vu précédemment comment une petite formule pouvait vous servir, dès le début de la prière, pour un double objectif: rompre avec vos occupations antérieures et vous mettre en présence de Dieu. Ici, c’est l’échange de regard qui accomplit le même travail.

Charles de FoucauldSi le chapitre précédent s’adressait aux « auditifs », celui-ci s’adresse davantage aux « visuels ». Comme c’est la section la plus dynamique de votre imagination, qui risque toujours de partir « à la chasse » la première, c’est elle que vous devez vous charger d’occuper. Si c’est le secteur de l’audition, donnez-lui une formule « à gruger ». Si c’est celui de la vision, fournissez-lui une image.

Le regarder. Se laisser regarder. Son regard à lui sur vous, tendre, réconfortant, plein de miséricorde. Votre regard vers lui, rempli de confiance et de reconnaissance.

Plus le regard que vous lui adresserez sera chaleureux, plus le silence qui suivra sera susceptible de se prolonger, en toute quiétude. Ou si dans votre cas le regard est dans l’autre sens, c’est-à-dire du Christ vers vous, plus son regard sera perçu comme aimant, plus vous serez en mesure de le faire « résonner » paisiblement en vous. Comme l’écrivait Charles de Foucauld: « La meilleure prière est celle où il y a le plus d’amour. Elle est d’autant meilleure que les regards de l’âme sont chargés de plus d’amour, que l’âme se tient plus tendrement, plus amoureusement devant son Dieu (**) ».

—–
* Saint Jean de la Croix, Vive flamme d’amour, dans Oeuvres complètes, tome VI, Paris, Cerf, 1984, p. 1922
** Charles de Foucauld, Écrits spirituels, 13e éd., Paris, J. de Girord, 1957, p. 161

____________

Extraits de « Je ne lui dis rien, je l’aime: la prière contemplative » Ed. Bellarmin,1999, p. 92-93.


Vivre sa foi avec des enfants change tout, explique Natalia. Voici son chemin de conversion à partager aux familles !


Les conseils d’Alexis Jenni pour faire silence

1. Apprenez à aimer le silence

Le silence peut être extrêmement angoissant, car synonyme de vide, de perte de contrôle, de solitude, d’un face-à-face avec soi-même. Nous passons donc notre temps à le combler, par du bavardage ou un fond sonore bien sécurisant. Je vous conseille de faire l’effort de changer de regard sur le silence : voir en lui une opportunité de ressourcement, de quiétude retrouvée, d’un plein où l’Autre a fait sa demeure et vous y attend. Les carmélites de Mazille nous disaient qu’il était important de faire silence, car le Christ ne parle pas fort. Je trouve ça extraordinaire ! 

2. Sortez de la réactivité

La réactivité permanente est l’antithèse de l’écoute de soi et des autres. Lorsqu’une personne vous expose ses soucis du moment, plutôt que de réagir impulsivement en lui donnant des solutions, écoutez d’abord dans le silence. N’hésitez pas d’ailleurs à laisser un petit temps de silence une fois qu’elle a terminé. Reformulez ensuite ses propos en vous assurant auprès d’elle que vous avez bien compris. C’est après tout ce temps d’accueil de la parole de l’autre que vous pouvez dire quelque chose, apporter une solution.

3. Pratiquez un exercice physique

Pratiquer un exercice physique sur la durée entraîne une sensation de présence à son corps. Dans l’effort, nous l’habitons pleinement, nous le sentons, notre esprit n’a plus besoin de ruminer, de partir. C’est là que le silence intérieur peut s’installer. Nous n’avons plus besoin de le combler, car dans cette activité physique, aussi simple soit-elle (marche, course, vélo…), nous nous sentons vivre, concrètement.


Six ans après la libération d’Ingrid Betancourt, sa mère s’interroge : où sa fille a-t-elle puisé la force de vivre pendant ses six années de captivité dans la jungle colombienne ? Comment a-t-elle pu supporter les terribles conditions de sa détention ? Sa force de caractère, la force de la prière ?


Prêtre dans le diocèse de Poitiers, Patrice Gourrier invite à voir la prière comme un « art de vivre ». Il fait redécouvrir la saveur et la portée du Notre Père auquel il a consacré un livre.


Chaque été, la communauté de Taizé, au Sud de la Bourgogne, accueille d’innombrables jeunes venus du monde entier, dans un esprit d’oecuménisme, de prière et de partage. A quoi ressemble leur quotidien? Que viennent-ils chercher? Quelles activités leur sont proposées ? KTO a décidé de partager l’expérience de ces jeunes pour quelques jours.


Prier, qu’est-ce que c’est ? Les chrétiens doivent-ils prier ? La prière est-elle efficace ? La prière est-elle l’oeuvre de Dieu ? Réponses théologiques de Mgr Robert LE GALL, archevêque de Toulouse, bénédictin.


Taizé : Témoignage de communion et de reconciliation (Vidéo 52 min)


Wounded innocence


Explications sur la communauté de Taizé.

Témoignage de Frère Émile de Taizé – 2013


Entretien avec le frère Alois de la communauté de Taizé

A l’occasion de la rencontre européenne, KTO propose un entretien avec Frère Alois. Le prieur de la communauté de Taizé a lancé un appel à une nouvelle solidarité.  » Conscients des périls et des souffrances qui pèsent sur l’humanité, nous ne voudrions pas nous laisser aller à la peur et à la résignation  » a-t-il écrit. Fidèles à leur vocation, les frères de Taizé appellent les chrétiens, particulièrement les jeunes, à témoigner de l’humble confiance de la foi. Un entretien réalisé à Strasbourg par Philippine de Saint Pierre.


Qu’est ce que je cherche quand je prie?

En partenariat avec l’Apostolat de la prière voici quelques pistes pour répondre à cette question qui débute toute démarche de prière

« Je n’ai pas été très éclairée et ma prière était sèche. Pourtant je voulais vraiment comprendre ce texte de la Bible et sentir la présence du Seigneur comme l’autre jour lorsque j’ai été touchée et ai senti cette chaleur en moi » me dit Laura.

Des connaissances ?

Si je cherche dans le texte que je médite un savoir, une plus grande intelligence des Ecritures ou une lumière intérieure, je risque de passer à côté, non pas seulement du texte mais du Seigneur lui-même. Il s’agit moins de vouloir recevoir des connaissances que d’accueillir, dans une écoute humble et patiente la Parole d’un Autre. C’est l’Esprit du Seigneur qui donne la sagesse et l’intelligence des textes bibliques. Ce n’est pas affaire de volonté : c’est dans l’écoute confiante que le texte, ruminé, savouré, peut devenir Parole pour moi. Et il n’est pas rare qu’il résonne à un autre moment de la journée ou dans les jours suivants, comme un écho à ma prière.


 

Vidéo (26 minutes) présentant un jeune homme qui a fait l’expérience de la Présence sur le Chemin de Compostelle.

 


Des expériences sensibles ?

Il en est de même lorsque je veux sentir la présence du Seigneur, obtenir des grâces sensibles, ou ressentir de nouveau ce qui m’avait été donné à un autre moment. Le risque alors est de forcer, comme si cela dépendait de moi, et de me rechercher moi-même plutôt que de le chercher Lui. Prier demande d’aimer le Seigneur pour lui-même, sans rien rechercher d’autre. Le Seigneur désire se communiquer à moi et me faire sentir la puissance de sa résurrection, mais c’est dans la mesure où je ne veux rien obtenir pour moi-même qu’il me donne, paradoxalement, en abondance.

Ainsi prier ce n’est pas chercher un savoir ou des grâces sensibles, mais la volonté de Dieu, la docilité à son Esprit. Je risque sinon de « préférer les fruits à l’auteur des fruits », comme le disait Pierre Favre, l’un des premiers compagnons de saint Ignace de Loyola.

Lors de la demande de grâce je peux vérifier que celle-ci soit orientée vers le Seigneur, et lui seul, et non dans la recherche d’un savoir ou de grâces sensibles.

P. Frédéric Fornos, jésuite

 


Dieu peut-Il nous soumettre à la tentation


Prier c’est respirer et converser avec Dieu


Père René-Luc, né de Père inconnu, élevé par un truand


Incroyable témoignage de Chretien Daniel

Témoignage chrétien.Le pardon d’une mère juive pour un palestinien


 

Marie-Laurence Cattoire, auteur de « La méditation, c’est malin » (Éditions Leduc, 2014), nous explique ce que la pratique de la méditation a apporté à son quotidien de femme, mère de famille et chef d’entreprise. Et nous donne quelques conseils pour débuter la méditation sans difficulté.


 Frère Émile de la Communauté de Taizé 

À quelques jours du prochain rassemblement de Taizé à Berlin, Frère Émile, nous fait l’honneur de venir dans le fauteuil d’Un coeur qui écoute. Né au Québec, il a été sensible à la venue des Frères de la communauté de Taizé au Canada, alors qu’il était adolescent. Dès lors, il a pris le chemin de Taizé en 1975 et en est devenu un des Frères. En suivant pendant ces années Frère Roger, Fondateur de la communauté, il a appris puis porté l’oeuvre d’accueil, d’écoute et de conversion que symbolise ce lieu pour la jeunesse chrétienne.

 


« J’ai vu Dieu dans un homme» Le Curé d’Ars


 Prière pour la Terre Mère

Je vous offre une magnifique vidéo.
La prière à la Terre Mère pour tout ce qu’elle a fait de nous, ce qu’elle nous a apporté et nous apportera encore si nous voulons bien la respecter…

Cette musique est magique, transcendentale, subliminale, je vous laisse apprécier… fermer les yeux, les pieds bien ancrés au sol, la tête droite et la colonne érigée vers le ciel… imaginer… imaginer des racines sortir de vos pieds pour se ressourcer au centre de la Terre, dans le noyau chaud et vibrant, et faites remonter toute cette énergie de vie dans vos veines, vos artères, vers votre coeur.

Enfin, laisser s’envoler vos rêves, laisser s’ouvrir votre chakra coronal vers le ciel et faites la jonction, le pont entre la Mère Terre et le Père Ciel, sentez comme vous êtes bien, laisser vous aller, laisser vous porter par la musique, le chant, la vibration de la vie.  

Source riresavie.fr


Au Liban dans un centre commercial rempli de musulmans, un chrétien s’est levé et chante « Jésus est ressuscité » et les autres répondent « En vérité, il est ressuscité! »


L’aventure de la prière


 
 L’oreille attentive entend et comprend la voix de Dieu dans la nature. Les prairies verdoyantes, les arbres majestueux, les boutons et les fleurs, le nuage fugitif, la pluie, le murmure du ruisseau, les gloires du ciel, tout parle à nos cœurs, et nous invite à faire connaissance avec celui qui a créé toutes choses.

Quand Dieu parle

 Notre alphabet n’est pas celui de Dieu…
Quand Dieu parle,
ce ne sont pas les cordes vocales qui vibrent.
Ce ne sont pas tes oreilles qui te font entendre ces voix !
 
Si Dieu veut me dire quelque chose,
il me le dit au point le plus profond,
le plus mystérieux de moi-même,
ce que nous appelons tantôt  »coeur », tantôt  »conscience »
 
Dieu parle dans le réel; c’est là que nous devons l’écouter.
Il ne me dit pas avec les livres qu’il est beauté;
Il me le fait voir dans un beau coucher de soleil,
dans un flamboiement de l’océan.
Il ne me dit pas qu’il est vie, fécondité;
Il offre à mon regard un champ de blé mûr.
Il ne me dit pas que je ressusciterai;
Il me fait voir le Christ ressuscité.
Il ne me dit pas qu’il pense à moi et qu’il m’aime;
Il met dans mon coeur la charité qui est sa manière d’aimer.
Il ne me dit pas ce que je dois faire;
Il fait surgir l’existence de ma conscience,
là où il se tient en permanence.
 
Ne cherchez pas Dieu loin de vous !
Cherchez-le en vous !
Restez immobile en sa présence.         
Auteur : Carlo Caretto

3 Comments

  1. by Louise on 26 octobre 2014  11 h 26 min Répondre

    Merci Céine,
    J'aime beaucoup tout les articles sur la convertion et la prière malgré que je n'ai pas eu le temps de tout lire ou .écouter mais j'y reviendrai

  2. by Louise on 3 septembre 2014  11 h 14 min Répondre

    Bonjour Céline,
    Je cherche le témoignage de Ruth et Cécilia mais je ne le trouve pas veux-tu me dire comment le trouver ? Merci de me répondre

    • by adminmnda on 4 septembre 2014  8 h 41 min Répondre

      Bonjour Louise,
      Je suis en train de travailler sur les vidéos de témoignage des novices. Je pense que je vais pouvoir les publier dans quelques jours. Je te le dirai. Merci.

Leave a reply

Your email address will not be published.

Frère Aloïs : “ Le silence est un combat ”


À Taizé, les jeunes prient avec la Bible

 
Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.