Le 13e épisode : La joie du retour au Congo en 1965

 
 
 

Introduction : « Envoyez-moi quatre sœurs, les plus braves, celles qui connaissent déjà le milieu. La tâche sera difficile, c’est un départ à zéro, la situation politique est encore très précaire » écrivait l’évêque.

*************************************************************************************

Treize mois plus tard arrive la demande de l’Évêque de Lisala au Congo. Il veut que quatre missionnaires, sans peur, connaissant déjà le milieu de Roby reviennent. Elles devront être braves et s’armer de courage, car leur maison a été complètement pillée.

La Supérieure décide d’envoyer les deux supérieures des maisons du Congo et les deux plus jeunes missionnaires, j’étais parmi ces dernières. Quelle joie de retourner dans mon pays de mission. Nous partons avec très peu de bagages, car nous sommes limités dans le poids mais nous prenons au moins notre couvert : assiettes, tasses et verres et ustensiles, car il n’y a rien.

Les Pères à la Mission demandent aux gens de remettre toutes les choses qu’ils ont prises dans la maison des sœurs s’ils veulent qu’elles reviennent. Il faut voir dans quel état étaient ces choses après treize mois d’utilisation. Avec les robes des sœurs, on a fait de grandes moustiquaires. Ce qu’on récupère à notre arrivée n’est plus utilisable vraiment.  

Notre cœur de missionnaire est rempli de joie. Les gens nous accueillent comme des anges venus du ciel. Ils ont peine à nous reconnaître, car avons changé un peu notre habit religieux. Peu importe tout ce que nous avons perdu.   Nous recommençons à zéro. La première tâche, c’est d’aménager notre maison pour la rendre habitable. Nous voulons reprendre l’école mais il faudra bien des réparations. L’internat a été vidé de toutes ses choses : lits, draps, couvertures, etc.

D’ailleurs tous les enfants sont retournés avec leurs parents dans leur village d’origine.   Ce n’est pas long, la nouvelle se répand par la radio Tam-tam et les enfants reviennent. La reprise de nos activités est saluée avec joie par toute la population et surtout par les bons Pères missionnaires de la paroisse.

L’histoire se continue au Congo qui reprend son nom authentique : le Zaïre. Quelques mois après notre arrivée, soit le 4 janvier 1966 reviennent au Congo nos quatre sœurs réfugiées en Tanzanie pendant la rébellion. La communauté des MNDA renaît à Roby. Nous sommes entourées d’affection et de bonté. Les œuvres reprennent une à une. Je retourne à mon école et recommence avec la première année primaire.

Par la suite, il y aura encore quelques difficultés politiques comme le mouvement de retour à l’authenticité. Le président de la République soulève les gens contre les étrangers et les invite à les chasser. Les Belges laïcs, employés de la Société de Culture enverront leurs femmes en Belgique parce qu’ils craignent une nouvelle rébellion. Nous, les Sœurs de même que les Pères missionnaires, nous prenons la décision de rester.

À suivre…

Pour lire l’épisode 14, cliquez sur ce lien.

Par Soeur Lise Hamel (Soeurs Missionnaires de Notre-Dame des Anges)

Leave a reply

Your email address will not be published.

 
Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.