Formation au Pèlerin

 
 
 
CE QUE J’AI VÉCU TOUT AU LONG DE CETTE FORMATION AU PÈLERIN (4 ANS) ET SURTOUT TOUT CE QUE CELA M’A APPORTÉ.
Je ne pourrais pas dire « tout » ce que j’ai vécu et « tout » ce que cela m’a apporté. J’aurais alors tout un livre.  Je tire quelques grandes lignes plus marquantes.
Ce que j’ai vécu :
J’ai vécu en tout premier lieu une « interpellation ».  Je me voyais engagée dans un service de ma congrégation pour un autre 5 ans.  Je voulais en profiter au maximum.  Plusieurs possibilités de ressourcement s’offraient à moi et le choix était difficile.  Ce qui me guida, c’était la pensée d’un retour en mission après ce long service à l’intérieur de ma congrégation.  Comment m’y préparer le mieux avec le plus  de satisfaction possible.  Des compagnes suivaient la formation au Pèlerin.  Leur témoignage m’a convaincue.  Je n’ai plus eu de doute que c’était là que le Seigneur m’attendait.
La deuxième expérience, celle de l’inquiétude : J’avais 75 ans.  Est-ce qu’on retourne à l’école à cet âge?  Je me rappelle avoir posé la question au directeur :  Stéfan : « Suis-je trop âgée ( je n’ai pas dit « trop vieille ») pour m’embarquer dans 4 ans de formation au Pèlerin.  Oui, en effet, je ne visais pas une ou deux années mais quatre ans.  J’étais bien déterminée à  aller jusqu’au bout.  Stéfan me répondit par une autre question : «   Toi, te sens-tu trop âgée? »  La réponse sortit avec fermeté et conviction : NON, il y a encore tellement d’énergie en moi, de goût de grandir, de cheminer vers la réalisation de mon être, de ma mission.  L’appel senti s’exprimait de façon non équivoque.  Les voyages de Sherbrooke à Montréal chaque jeudi, même en hiver, avec la neige et les tempêtes ne me faisaient pas peur.  Ma conviction que là était ma place me donnait des ailes.
La troisième expérience, fut l’accueil des compagnes et compagnons de cours, des professeurs, animateurs, accompagnateurs.  Je me sentais considérée comme tout le monde.  J’ai toujours eu l’impression que nous avions tous le même âge.  Rien ne me distinguait des autres à ce niveau de l’âge ou de mon engagement religieux.  L’amitié qui nous unissait, les partages riches et sincères, les expériences d’accompagnement devant le groupe ou à l’individuel, je recevais le tout comme un cadeau du bon Dieu.  Toutes les heures passées en accompagnement en dehors du Pèlerin (les 50 hres de la 4ièe année, Ouf!) m’ont amenée à des découvertes de moi-même et tout premier lieu et des personnes que j’accompagnais.  J’ai touché, goûté, à maintes reprises, l’action de l’esprit dans les personnes et aussi en moi-même.  Ce fut, le plus merveilleux de l’expérience de l’accompagnement.
CE QUE LE PÉLLERIN M’A APPORTÉ :
AU NIVEAU DE MON SAVOIR FAIRE ET AU NIVEU DE MON ÊTRE.
Je vous ai dit d’abord que ce que je visais, c’était l’apprentissage de l’accompagnement.  On ne s’improvise pas accompagnateur.  Je voyais ma tâche future dans la mission Ad Gentes.  J’aurai 80 ans dans 2 mois.  Il ne faut plus penser à l’enseignement à cet âge.  Ma longue et riche expérience de vie et de cheminement, je désirais la mettre au service de l’accompagnement des personnes que je rejoindrai là où je serai envoyée. La méthode du Pèlerin m’a toute de suite saisie : sa méthode, son processus, son esprit.  Mon objectif allait plus loin que la connaissance d’une méthode ou d’un processus.  Je désirais ouvrir ma conscience à la véritable vie dans la joie et l’abandon de tout mon être au Seigneur qui m’a choisie pour être avec Lui.  Je voulais découvrir qui je suis réellement pour me libérer de mes conflits, dépasser mes limites et grandir intérieurement en découvrant les forces de l’être merveilleux que je suis.  J’ai compris que pour vivre dans la joie et l’abandon à Dieu, il fallait d’abord savoir qui je suis, mon identité réelle.  En traitant ma blessure, une blessure vieille de 70 ans, en découvrant mon nœud relationnel, en regardant ma dynamique et le mouvement spirituel en moi, je suis arrivée à mieux comprendre qui je suis et quelle est ma mission.  Le rôle de mon animatrice a été précieux pour m’aider à atteindre cet objectif.  Tout ceci pour dire QUE J’AI ÉTÉ LA PREMIÈRE À BÉNÉFICIER de l’enseignement (les cours tous aussi intéressants et stimulants) et de  la pratique de l’accompagnement.
J’ai fait une belle expérience.  En devenant moi-même, de plus en plus, en d’autres mots, en me rapprochant de mon identité filiale, je m’ouvre aux autres.  Ayant identifié mes schémas et mes sous-personnalités, je ne me sens plus menacée par les autres, mi même influencée par leur regard ou leurs opinions.  Ce qui  m’apporte la paix et la joie de vivre en communauté.  Ma relation à Dieu a changé aussi.  Sa gratuité vient me chercher dans mes désirs les plus profonds.  Je veux laisser Dieu être souffle de liberté et de gratuité en moi, afin d’en vivre pour en témoigner.
 
L’heure de mon départ en mission est déjà arrivée, c’est dans 5 jours.  C’est aux Philippines.  Après le Congo où j’ai passé 25 ans et la Chine 9 ans, c’est un beau et grand défi.  Les images présentées à la TV montrant le désastre du typhon le plus violent de l’histoire me fait vivre de fortes émotions.  C’est dans ce contexte que je suis appelée à exercer mon ministère de l’accompagnement.  Je vous demande en vous quittant, de prier pour moi.  Ma mission est belle et grande, elle m’inspire et en même temps, elle me pousse en avant et fait appel à la foi, â l’espérance et à l’amour de tout mon cœur.
En conclusion :  je vous dis : « Je n’aurais pas pu trouver une formation qui convienne mieux à mes aspirations, à mes désirs, à mes projets.  Je me sens en même temps appelée au ministère de l’accompagnement spirituel selon l’approche préconisée par le Pèlerin.  Je me sens bien équipée par mon nouveau ministère.  En terminant, je veux exprimer toute ma reconnaissance à ma congrégation ( ma supérieure générale est ici présente :  Sr Claire Lessard)  avec ses compagnes du généralat, elles m’ont offert le support moral et financier durant toute cette belle expérience.  Aussi sont présentes aujourd’hui : Graciela et Thérèse qui ont été mes fidèles compagnes durant les deux premières années au Pèlerin.  J’exprime ma reconnaissance à Stéfan directeur qui  cru en ma jeunesse de cœur et  m’a fait confiance.  Merci également à tous mes professeurs, accompagnateurs, compagnes et compagnons de cheminement et aussi au personnel de soutien et d’entretien de la maison du Pèlerin.
 A tous, je dis :  Bienvenus aux Phlippines. Je serai heureuse de vous accueillir.
 

Par Sr Lise mnda

RETOUR À L’ACCUEIL 

 
Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.