2e épisode : Mon arrivée au monde

 
 
 

Introduction : Des signes de prédilections accompagnent cette naissance. Tempête de neige et de froid : le jour le plus froid de l’histoire canadienne, un record enregistré. Comment penser à faire baptiser un nouveau né dans un tel froid ! L’eau du baptistère est gelée. Que sera cet enfant? Sa lutte pour sa survie commence le jour même où il arrive au monde !  

******************************************************************************************************************************************************

Des signes de prédilections accompagnent cette naissance. Tempête de neige et de froid : le jour le plus froid de l’histoire canadienne, un record enregistré. Comment penser à faire baptiser un nouveau né dans un tel froid ! L’eau du baptistère est gelée. Que sera cet enfant? Sa lutte pour sa survie commence le jour même où il arrive au monde!  

Le 29 janvier 1934 est déclaré la journée la plus froide de l’histoire au Québec. C’est justement ce jour là que je décide de faire mon entrée dans le monde. Je nais un dimanche, très tôt dans la nuit. Ma mère se réjouit car je pourrai être baptisée le même jour. On ne baptisait que le dimanche après midi, c’était le jour où on chauffait l’église. Le curé dégèle l’eau du baptistère et prépare de l’eau tiède pour le baptême. Ça s’impose pour un petit bébé tout juste sorti du sein de sa mère. Mon père attèle le cheval, nous étions à quelques kilomètres de l’église. La grand-mère est heureuse de porter ce bébé au baptême. Le vent siffle dehors et même le cheval tremble de froid. On m’enroule dans plusieurs couvertures de laine et collée au flanc de ma grand-mère, je me rends à l’église. Être baptisé le jour même de sa naissance est une chance et une bénédiction. Les noms choisis par ma mère sont : Marie Lise Françoise en l’honneur de Saint François de Sales dont c’est la fête. Ma mère a une dévotion à ce grand mystique.

A quelques reprises, lors de mes colères fréquentes, ma mère me rappelle que François de Sales était un homme de colère et d’impatience mais il a vaincu ces tendances et est devenu un homme très doux. On raconte qu’à sa mort, on a voulu voir son cœur de chair, on l’a trouvé tout compressé par les efforts qu’il a dû produire pour en arriver là. Maman espère le même miracle pour sa fille mais ce ne fut pas le cas. Je n’ai pas porté le nom de Françoise car les gens les prononçaient mal. Lise est alors le nom choisi.

Mon arrivée dans le monde apporte de la joie car avant moi, ma mère a donné naissance à trois garçons de suite. J’arrive la dixième enfant de la famille. Quand plus tard arrivera la quinzième enfant, la tante religieuse écrira une belle lettre à sa sœur, ma mère, pour lui dire que son rosaire est terminé. Elle peut se reposer. Dans les mystères du Rosaire, j’arrive à la crucifixion et je croyais que c’était une prédilection.  Avec la dernière naissance, je compte 7 frères et 7 sœurs. Quel bel équilibre et quelle richesse !

à suivre…

Pour lire l’épisode # 3, cliquez sur ce lien 

Leave a reply

Your email address will not be published.

 
Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.